Allocution de l’Ambassadeur à la cérémonie de remise des palmes académiques à Mme Begüm Hesapçıoğlu (Palais de France – 25 mars 2019) [tr]

Monsieur le Recteur de l’Université de Galatasaray,
Madame la Directrice du Lycée Galatasaray,
Monsieur le Président et Mesdames et Messieurs les membres du Conseil d’administration de la Fondation d’éducation Galatasaray,
Monsieur le Consul général,
Mesdames, Messieurs, Chers amis,

C’est un grand plaisir de vous accueillir ce soir au Palais de France à l’occasion de cette cérémonie en l’honneur de Begüm Hesapcioğlu.

Je suis heureux, ma chère Begüm, de vous remettre ce soir les insignes de Chevalier des Palmes académiques en présence de votre famille, de vos amis et aussi d’une partie de la communauté de Galatasaray. J’aimerais au préalable, comme c’est l’usage, rappeler brièvement votre parcours et expliquer les raisons pour lesquelles la République française a souhaité vous décerner une telle distinction.

Née à Antalya, dans une famille établie depuis longtemps dans cette ville, vous êtes entrée à Galatasaray en 1974. Vous passez vos premières années d’études, comme toutes les filles du Lycée de cette époque, dans le bâtiment d’Ortaköy, devenu aujourd’hui – grâce à la Fondation d’éducation Galatasaray mais on en reparlera - l’Université de Galatasaray. La Fondation n’avait pas encore été créée et les conditions matérielles dans ces bâtiments étaient, m’a-t-on dit, assez spartiates.

Dès votre entrée au Lycée, aidée par votre taille et votre goût pour le sport, vous faites partie de l’équipe de basket-ball, d’abord du Lycée, ensuite du Club Sportif de Galatasaray. Votre amour pour le sport se porte ensuite vers le ski, que vous pratiquez toujours assidûment. Un de vos enseignants français de l’époque vous appelait même « la fille du Nord » !

Diplômée de Galatasaray en 1982, vous vous inscrivez, selon le vœu paternel, dans le Département d’architecture de l’Université Technique d’Istanbul. Après quelques années passées dans un bureau d’architecte, vous intégrez le Centre Informatique de AkBANK , où vous resterez 10 ans.

Votre destin change en 2003. Venue voir le Président Inan Kiraç pour l’examen d’un projet de construction de la salle de conférence du Musée Pera, vous vous voyez proposer le poste de directrice générale de la Fondation d’éducation de Galatasaray (Galatasaray Eğitim Vakfı) ! Pour un Galatasaraylı (ancien de Galatasaray), une telle proposition, venant d’un homme d’une telle envergure (et doté d’une grande capacité de persuasion), est un immense honneur et ne pouvait bien sûr pas se refuser !

C’est que la Fondation d’éducation Galatasaray, créée en 1981 à l’initiative d’Inan Kiraç et Kemal Erdoğan Karakoyunlu, a pris, au cours des 38 dernières années, une place toute particulière au sein de la « communauté Galatasaray ». Fondée pour financer des travaux de rénovation des bâtiments du Lycée mais avec l’ambition, surtout, de contribuer à élever encore le niveau d’enseignement, elle a magnifiquement rempli (et continue de remplir) son rôle !

C’est notamment en large partie grâce à elle et à la détermination opiniâtre d’Inan Kiraç, de Coskun Kirca et de Yiğit Okur que l’on doit la création de l’Université en 1992, ce qui fait de Galatasaray un établissement tout à fait unique en son genre, de l’élémentaire jusqu’à l’université et un projet emblématique, depuis 150 ans, de la coopération entre la Turquie et la France !

Mais la Fondation joue aussi un rôle très précieux, au quotidien, pour soutenir le Lycée, l’Université et toute la communauté éducative de Galatasaray. Elle contribue à entretenir le lien entre les Galatasarayli, aux côtés et en complément de l’association des anciens !

Au cours des 16 dernières années, vous avez beaucoup œuvré chère Begüm, sous l’autorité bienveillante et attentive du Président Kiraç et en lien avec tous les membres du Conseil d’administration et de l’équipe de la Fondation, à animer son action ! Les activités de la Fondation sont multiples et permettent d’apporter un soutien aux étudiants, aux professeurs mais aussi de réaffirmer le lien qui unit la Turquie et la France. Ce sont d’abord les bourses allouées aux élèves et étudiants méritants, mais également les restaurations des bâtiments, du Lycée et de l’Université. C’est ainsi qu’ont pu être rénovés dortoirs, laboratoires, salles de classe, bibliothèques, médiathèques. Il s’agit aussi d’assurer la rémunération du personnel indispensable (enseignants, personnel administratif ou de service) et de soutenir les actions menées par les élèves et supervisées par les enseignants, sur les plans sportifs, culturel et éducatif.

Vous êtes par ailleurs très attachée à faire vivre la francophonie au sein de Galatasaray. Vous avez tenu, par exemple, à promouvoir la création d’un fonds permettant aux meilleurs élèves de 12è de connaître une région de France pendant quelques jours, afin de leur permettre de confronter ce qu’ils ont appris à Galatasaray avec les réalités françaises bien vivantes !

Au-delà de votre engagement professionnel indéfectible au service de Galatasaray, vous aimez avant tout voyager. Vous êtes allée sur presque tous les continents, et en particulier dans les pays nordiques. Toujours « la fille du Nord » ! Vous conservez, je crois savoir, un souvenir inoubliable de votre voyage au Groenland et souhaitez y retourner pour admirer les ours blancs. Mais la ville qui est gravée dans votre cœur, c’est bien sûr Paris, que vous aimez par-dessus-tout.

Par votre attachement à Galatasaray, à ce formidable projet d’excellence pour la jeunesse turque, par votre sens du dialogue et de l’écoute, vous avez contribué à assurer ce mariage réussi entre les valeurs ancrées respectivement dans l’histoire et la culture de la Turquie et de la France.

Ce que nous célébrons ce soir, c’est donc l’intensité de votre engagement au service de ce fleuron de la coopération éducative et universitaire entre la France et la Turquie. Nous venons de célébrer les 150 ans du lycée et nous commémorerons en 2019 les 25 ans de l’Université. Ces anniversaires soulignent le succès historique de Galatasaray, pour la Turquie, pour sa jeunesse, pour l’avenir de ce grand pays. Sachez que la France est fière de contribuer activement à ce projet emblématique et qu’elle est heureuse de continuer à s’engager à vos côtés pour y promouvoir notre langue et les valeurs que nous avons en partage.

Mme Begüm Hesapcıoğlu, au nom du Ministre de l’Education nationale, je vous fais Chevalier dans l’ordre des Palmes académiques.

Dernière modification : 01/04/2019

Haut de page