Discours de l’Ambassadeur pour la cérémonie de remise des insignes de Chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur à M. Ali Sabancı - Palais de France – 13 février 2018 [tr]

Mesdames, Messieurs,
Chers amis,
Cher Ali,

Bienvenue à tous au Palais de France !

C’est un grand plaisir de vous retrouver, cher Ali, en compagnie de votre épouse Vüslat, de vos deux fils, de vos parents et beaux-parents mais aussi de tous vos proches et de vos amis qui sont, je le sais, venus parfois de loin pour partager avec vous cet important moment !

Nous sommes réunis ce soir pour marquer notre reconnaissance pour votre action et pour votre engagement au service de la si précieuse relation entre la France et la Turquie.

La République française a, en effet, souhaité reconnaître vos mérites en vous remettant la plus ancienne et la plus prestigieuse de toutes les décorations, celle de la Légion d’Honneur, créée par Napoléon Bonaparte.
La tradition veut que nous retracions ensemble les traits les plus saillants de la vie et de la carrière du récipiendaire qui font que la France a décidé de vous honorer aujourd’hui.
Cher Ali Sabancı,

Vous êtes né à Adana, dans cette magnifique région qui est, plus encore que Kayseri, le vrai berceau de la famille et du groupe Sabancı. Vous êtes le cadet des trois enfants et unique fils de vos parents Şevket [Chevket] et Hayirli [Hayeurleu] Zerrin, que je salue chaleureusement.

C’est à Adana que vous passez les dix premières années de votre vie avant de partir, en famille, pour l’Allemagne où votre père participe activement à l’internationalisation du groupe fondé par votre grand-père, Haci [Hadji] Ömer.

D’autres expatriations suivent, au Royaume-Uni puis aux Etats-Unis pour vos études secondaires puis universitaires. Vous dites vous-même qu’à Adana, vous étiez un Sabancı, à l’étranger vous êtes avant tout Ali et vous apprenez déjà à voler de vos propres ailes !

Vous étudiez à Tufts University puis à Columbia, où vous obtiendrez votre mastère en finance internationale. Bardé de ces diplômes mais aussi de bonnes recommandations, vous entrez chez Morgan Stanley où vous gagnez très vite vos galons d’analyse financier.

C’est au cours de ces années que vous rencontrerez, sur les bancs de l’université, l’amour de votre vie, Vüslat, que vous aurez le très bon goût d’emmener en Polynésie française pour votre voyage de noces et avec qui vous aurez deux garçons qui sont parmi nous ce soir, Sevket Emrecan et Kaan Ali.

A votre retour des Etats-Unis, vous faites vos premières armes chez Akbank, la banque du groupe. Dès 1997, vous êtes en charge du développement des activités de la holding, dont vous piloterez à partir de 2001 le département de la stratégie.

Ce sont des années de formation, aux côtés de votre très cher oncle Sakip, auquel on vous prête souvent une certaine ressemblance et qui fut, lui-même, décoré de la Légion d’Honneur par le Président Jacques Chirac à l’Elysée en 2001 !

Les projets avec la France ne manquent alors pas, puisque ce sont les années du développement de la relation avec Carrefour mais aussi, pendant un certain temps, avec Danone.

Votre goût du risque et votre sens de l’entrepreneuriat vous amènent toutefois à quitter la holding familiale pour rejoindre, à 34 ans, le groupe ESAS fondé par votre père qui le dirige toujours ! Au sein d’ESAS, vous êtes en charge de l’aérien avec la compagnie Pegasus mais vous siégez aussi au Conseil d’administration et participez à toutes les grandes décisions.

Au Président de Pegasus, je voudrais dire combien nous sommes fiers de la confiance que vous avez octroyée à Airbus en passant, fin 2012, ce qui était alors la plus importante commande de l’histoire de l’aviation civile turque, avec 100 Airbus A320 et A321 NEO équipés des nouveaux moteurs CFM-Snecma mais aussi d’éléments fabriqués par Turkish Aerospace Industries (TAI).

Vous venez de transformer en décembre dernier votre option sur la dernière tranche de 25 Airbus. Et nous sommes aussi très heureux que Pegasus desserve directement de nombreuses villes françaises depuis l’aéroport de Sabiha Gökçen.

Au membre du Conseil d’administration d’ESAS, je veux redire ma détermination, celle de Business France et de toutes mes équipes à accompagner vos investissements en France, qui sont déjà nombreux, en particulier dans les domaines de la pharmacie et du transport maritime. Votre armateur UN Ro-Ro, poursuit activement actuellement son développement à Toulon.

Mais vous avez beaucoup d’autres contacts et aussi de projets avec des groupes qui vous ressemblent et qui ne demandent qu’à s’épanouir dans la nouvelle dynamique portée en France et dans la relation franco-turque par le Président Emmanuel Macron.

Ce n’est pas un hasard si ESAS holding était l’un des 4 acteurs turcs à participer, par l’intermédiaire de votre CEO Cağatay Özdoğru, au Sommet de Versailles le 22 janvier dernier ! Vous l’avez compris, je souhaite de tout cœur, au moment où notre Président de la République proclame à Davos que « la France est de retour » (« France is back »), qu’un groupe comme le vôtre puisse ancrer encore davantage sa présence dans mon pays et renforcer ainsi les partenariats économiques entre la Turquie et la France.

Cher Ali,

Au travers de votre très belle trajectoire personnelle, nous sommes heureux de marquer encore notre reconnaissance à une famille qui a non seulement tant apporté et qui continue de tant apporter à la Turquie mais qui a toujours cultivé aussi une relation particulière et très étroite avec la France !

Peu de familles peuvent se targuer d’avoir 3 légionnaires dans leurs rangs !

Vous incarnez merveilleusement, avec quelques autres personnes présentes ce soir, toutes les qualités de l’entrepreneur mais vous êtes probablement celui que les étudiants aiment le plus écouter car vous êtes généreux avec votre temps et vos conseils et que vous savez admirablement communiquer votre passion !

Ce portrait ne serait pas complet, si je ne mentionnais pas que vous êtes un fou de bonne chère, que vous aimez faire vous-même dans votre propre cuisine et avec vos ustensiles, que vous ne partagez avec personne d’autre !

Mais aussi que vous êtes un ardent supporter, comme vos deux fils et en particulier Emrecan, de Galatasaray, à qui je souhaite aussi personnellement et au risque de déchaîner quelques passions ici le meilleur pour le championnat !

Cher Ali, pour votre contribution éminente au développement de la relation entre nos deux pays, je suis très heureux de vous témoigner ce soir la reconnaissance et la gratitude de la République française.
Monsieur Ali Sabancı, au nom du Président de la République, nous vous faisons Chevalier de la Légion d’Honneur./.

Dernière modification : 15/02/2018

Haut de page