Discours à l’occasion de la décoration de M. Léon Coşkun, le 18 septembre 2012 [tr]

Cher Léon Coşkun,

Madame la Présidente de la CCFT,

Monsieur le Président de la CCIP,

Monsieur le Président de Mazars

Mesdames, Messieurs,

Chers amis,

Quelques heures après avoir inauguré, les « nouveaux » locaux de la Chambre de commerce française en Turquie, nous nous retrouvons en ce Palais de France pour une cérémonie amicale, mais au combien solennelle.

Ce soir, la République honore un grand ami de la France et un partisan inlassable de l’amitié franco-turque : Monsieur Léon Coşkun. Ce soir la République s’honore de compter parmi ses amis Monsieur Léon Coşkun.

Cher Léon Coşkun,

Conformément à la tradition, je vais rappeler en quelques mots votre parcours exemplaire.

Vous êtes né le 20 décembre 1944. Vous ferez vos études à Saint-Michel et Saint-Benoît que l’on ne présente plus. Diplômé d’économie de la prestigieuse l’Université de Marmara en 1967.

En 1977, vous fondez votre propre cabinet d’audit et d’expertise comptable, Denge. Celui-ci va progressivement se développer sur l’ensemble de la Turquie : Istanbul, Izmir, Ankara, Bursa, Antalya et si je comprends bien vous avez des projets d’ouverture assez avancés à Denizli…

En 1989, votre francophonie et votre francophilie se conjugue avec votre sens des affaires puisque votre cabinet devient le correspondant en Turquie du célèbre groupe d’audit français, Mazars. En 1999, après 10 années de coopération fructueuse, votre cabinet intègre Mazars.

Aujourd’hui sous votre conduite, Mazars en Turquie, c’est près de 300 collaborateurs qui accompagnent chaque jour plus de 600 entreprises, et notamment des entreprises françaises, pour faciliter leur gestion et leur investissement en Turquie.

Professionnel reconnu, vous avez œuvré pour faire comprendre l’importance de la dimension comptable et fiscale pour permettre à la Turquie d’accéder au premier cercle des économies mondiales.

Vous avez été tour à tour, vice-président du Turkish Auditing Standards Committee (TUDESK), vice-président de l’Association des Expert comptables de Turquie, correspondant de la Fédération internationale des Auditeurs et Experts comptables (IFAC).

Vous intervenez aussi régulièrement dans les colloques internationaux et vous publié de nombreux articles dans la presse spécialisée ; je pense notamment à votre tribune dans le magazine « Fortune Turkey ». Je recommande à tous la lecture de votre éditorial du mois de septembre consacré au nouveau Code de commerce et ses implications dans le domaine comptable. Ce texte, dont vous avez été l’un des artisans, marque la volonté des autorités turques de se rapprocher des standards européens avec, notamment, la généralisation de l’audit et une volonté accrue de transparence.

Vous jouez également un rôle éminent au sein de la Chambre de commerce française de Turquie dont vous êtes, mais pouvait-il en être autrement, le Trésorier. Avec Zeynep et Yves, vous êtes l’un des maillons qui font vivre cette Chambre et notre communauté d’affaires. Une communauté en pleine expansion (d’une dizaine, au début des années 1980, à plus de 400 aujourd’hui) qui contribue à la vitalité de l’économie turque.

Cher Léon Coşkun,

Votre engagement personnel ne se résume pas à la seule vie des affaires. Membre actif de la communauté juive de Turquie, vous êtes membre honoraire du Consistoire et Président de la Commission du contrôle interne du Grand Rabbinat.

Vous soutenez également la jeunesse. Permettez-moi de révéler que, chaque année, vous financez les études de deux étudiants turcs. Vous-même et votre épouse, Sarah, avez également soutenu une jeune fille, originaire de Hasankeyf, qui pourrait bientôt entrer au conservatoire d’Istanbul.

Je souhaiterais aussi vous remercier pour votre soutien à la Saison de la Turquie en France en 2009 et dont Mazars, sous votre impulsion, avait été l’un des principaux mécènes.

C’est ce parcours d’homme, de professionnel, d’amoureux de la France, que la République a souhaité récompenser et honorer.

Aussi, Léon Coşkun, pour votre professionnalisme et votre engagement au service de l’amitié franco-turque, nous vous faisons officier dans l’ordre national du Mérite.

Dernière modification : 25/09/2012

Haut de page